Spaghetti à la chapelure et à l'ail

Chez Nonna et Nonno, le dimanche midi, quoiqu'il arrive, on mangeait toujours des pâtes! Nonna faisait des pâtes à la main, des pâtes fraîches comme on dit. Elle commençait très tôt le dimanche matin, avec son tablier et ses paquets de farine un peu partout, ses torchons à carreaux sur lesquels elle faisait sécher ses pâtes et sa machine dont la lourde manivelle se coinçait de temps en temps. Mon Nonno n'était jamais très loin derrière elle, à fourrer son nez partout, pour un petit détail ou parfois même pour rien. On voyait dans ses yeux qu'il était fier, fier de pouvoir présenter à ses enfants et petits-enfants la pasta della nonna, notre Nonna, Pipa... Nonno régnait en bout de table, en digne chef de famille, avec toujours à portée de main un verre de vin rouge, très rouge. Il demandait maintes et maintes fois si "elles étaient bonnes, les pâtes à la Nonna", et nous resservait d'office même si on disait que non, on n'avait vraiment plus faim. Parfois il y avait Tata Conchetta et Tonton Chicho, avec ses pantalons montés jusqu'à la taille, qui venaient partager le repas, alors là on n'avait pas fini de resservir des verres de vin et d'entendre des conversations animées en moitié sicilien - moitié français sicilien. La Zia Conchetta était juste un peu plus grande que sa soeur Nonna, mais sinon, c'était la même, avec une teinture rousse. Nonna était toujours ravie, souriante, peu souvent à table, occupée à servir les polpette et les roulades de viande. Elle gardait toujours son tablier, même pour manger, et d'ailleurs on était obligé de venir l'asseoir de force à sa place, car elle avait toujours en tête de servir les autres sans penser à elle.
Quelques fois, le dimanche soir nous restions dîner, et alors Nonna préparait des pâtes à la chapelure. Des spaghettis souvent, elle les faisait cuire et pendant ce temps elle faisait griller de la chapelure dans une poêle, puis elle écrasait de l'ail et du vert de blettes qu'elle faisait revenir dans de l'huile d'olive. Et cela faisait une garniture extraordinaire pour les pâtes, simple comme ma Nonna. Enfin, cela fait partie de mes souvenirs, je me suis peut-être fourvoyée dans les ingrédients, car cela fait bien longtemps que  Nonna ne cuisine plus... mais malgré tout, sa cuisine reste et restera à jamais gravée dans mon cœur, comme la plus simple, la plus authentique et la plus généreuse qui soit.


Ingrédients
spaghetti
amandes émondées
basilic frais
ail frais
huile d'olive extra
parmesan fraîchement râpé
chapelure
poivre du moulin
Recette
Faire cuire les pâtes comme indiqué sur le paquet en prenant soin de les sortir 2 minutes avant.
Ecraser l'ail.
Faire griller les mandes à sec dans une poêle.
Dans un mini robot ou un mortier, piler les amandes, le basilic, l'ail, le parmesan et l'huile d'olive.
Faire griller la chapelure dans une poêle, y verser les pâtes cuites, ajouter le "pesto" à base d'amandes et mélanger vigoureusement tout en laissant la poêle sur le feu doux.
Arroser d'un filet d'huile d'olive, donner un tour de moulin de poivre noir.

Déguster avec un bon verre de vin à la santé de Nonna!

2 commentaires

  1. Mes enfants ont une Nonna, la maman de mon cher et tendre, sicilienne aussi et oui c'est comme ça, elle ne s'assied jamais et nous gave. Et le pangrattato, j'adore ça aussi, slurp!

    RépondreSupprimer
  2. Tu décris si bien nos souvenirs ♥

    RépondreSupprimer